jeudi 22 septembre 2016

Invasion de grenouilles (4) : les étiquettes de porte-manteau

Cette année encore, les étiquettes du porte-manteau seront des grenouilles mais il y a quelques variantes par rapport à celles de l'année dernière.
D'abord, comme je l'ai dit dans mon article de rentrée, les enfants n'ont pas découvert les grenouilles toutes faites sur la porte mais ils les ont découpées eux-mêmes.
Ensuite, ils les ont peintes avec une peinture vert clair (couleur de notre classe) pailletée au pochon mousse.
Une fois la grenouille sèche, chaque enfant a collé au ruban adhésif sa photo sur le ventre et plié la bouche prédécoupée par la machine

Ensuite, chaque enfant a assisté à la plastification de sa grenouille. C'est magique ! Puis il l'a placée dehors, avec de la patafix, à la place de la vilaine étiquette provisoire au dessus de son porte-manteau.
Cette année, le nom de l'enfant ne figure pas sur sa grenouille. L'étiquette est vraiment utile pour lui, tout de suite, grâce à elle il reconnaît immédiatement la place de son porte-manteau. C'est plus pratique pour nous, mais aussi beaucoup plus symbolique pour lui.

dimanche 18 septembre 2016

Plantations : le bryophyllum

Le bryophyllum est une plante de la famille des Kalanchoe très spectaculaire dans son aspect et sa croissance, et donc très pratique avec des enfants de PS impatients par nature. Disparue de mon balcon depuis quelques années après une sécheresse, elle est réapparue soudainement après mon déménagement et le spécimen surgit d'on ne sait où est devenu monstrueux et rempli de "bébés" qui permettront à chacun de mes élèves de cultiver bientôt le sien.
Donc déménagement à l'école et plantation magistrale dans l'aquarium, afin de pouvoir conserver les plantules des feuilles

samedi 17 septembre 2016

Invasion de grenouilles (3) : les gabarits (suite)

Finalement, j'ai décidé de réutiliser le gabarit de grenouille pour faire l'illustration du cahier de traces : les enfants le recouvrent donc de créagel avec un rouleau de mousse en s'appuyant sur la piste graphique gribouillée au crayon sur du papier fabriano collé à la table :
 



L'effet de masse est spectaculaire :

dimanche 11 septembre 2016

Invasion de grenouilles (2) : dedans-dehors

Comme je l'ai déjà dit, cette année, comme l'année dernière, nous refaisons des grenouilles comme étiquette de porte-manteau. Mais cette année, au lieu de prendre du papier vert, nous les avons peintes en tamponnant du papier Canson 160g avec les tampons mousse trempés dans de la peinture pailletée.
C'est très joli.
Pour le faire, nous avons mis pour protéger une très grande feuille verte qui a protégé la table et gardé les images de grenouilles en réserve.
Pour continuer dans le vert, couleur de notre classe, nous avons collé quelques gommettes à l'extérieur, premier exercice d'espace ...


Les gabarits aussi ont donné lieu à d'autres peintures, et nous avons aussi travaillé dedans-dehors en collant des gommettes.

samedi 10 septembre 2016

Invasion de grenouilles (1) : réutilisation des gabarits

Comme je l'ai expliqué dans mon article sur la rentrée, nous avons ressorti très vite la machine à emporte-pièce. Et maintenant, nous avons des grenouilles partout.
Nous avons réutilisé le gabarit des grenouilles pour fabriquer des genres de monstres en tamponnant au flacon-tampon, que j'aime bien utiliser en ce début d'année, la nouvelle marque me permet d'avoir deux nuances de vert.


Ensuite chaque enfant passe au tableau pour enlever son gabarit et coller les yeux des bébêtes.

Ca donne un joli résultat, surtout avec les éclaboussures des flacons, à condition qu'un petit malin ne vole pas les yeux ( et oui, c'était trop tentant, il a fallu en remettre !)

samedi 3 septembre 2016

Les petites courses de rentrée

J'ai dévalisé Tiger ce matin (je précise que Tiger ne me sponsorise pas, mais j'adore cette boutique, remplie d'objets pas chers et qui mettent de bonne humeur).

Pour la tablette, aux couleurs de ma classe :
Une pochette pour les sorties, 7€

Un petit éléphant pour que les enfants puissent porter la tablette sans danger. Oui je sais j'en ai mis du temps ! Mais bon, là, c'est seulement 6€ !

Pour le jardinage à venir (des nouvelles bientôt sur le blog) : tout est à 1€ !

Pour la dégustation de notre cuisine, pour ceux qui veulent bien goûter un tout petit petit peu, des minis verres (ça doit marcher pour le rhum arrangé pour les plus grands, j'ai aussi la recette maison)


De nouveaux jeux : le robot aimanté (3 grandes feuilles d'éléments) à 6€, les blocs en bois à empiler visage à 7€ avé la boîte en carton



Un livre à compter joli, très simple et tout en dur à 5€

Et pour bidouiller, des tampons éléments du visage à 4€ et un blog de 40 feuilles de papier décoré format A4 à 3€ (je virerai les anges, les pauvres ...)


C'est ça Tiger, comme c'est pas cher, on casse la tirelire !

vendredi 2 septembre 2016

Rentrée échelonnée en état d'urgence

Ce matin, à Nice, j'étais assez soucieuse de notre organisation de rentrée pour mes Petits. Nous avions prévu au mieux, bien sûr, dans une ville meurtrie, mais j'avais un peu peur. Mais tout s'est bien passé.
Dispositif : rentrée sur deux jours, 1/2 groupe chaque jour qui vient le matin et revient l'après-midi, sans cantine ni garderie. Aucun parent ne rentre : il dit au revoir à son enfant au grand portail, et les membres du personnel de l'école, tous requis, accompagnent par petits trains ou dans les bras de tous petits groupes jusqu'à ma classe, après leur avoir donné un badge illustré d'un joli autocollant et de leur prénom. Surprise : peu d'enfants pleurent à leur arrivée, et aucun n'est terrorisé, cherchant le réconfort auprès de moi aussitôt en confiance.
Les tables sont dressées avec des jeux très attractifs, familiers ou non :
- la grande table-double, où j'ai redécoupé le tapis de sol/parcours pour les voitures (j'ai vu ça dans une classe, c'est bien plus pratique , à la hauteur des enfants, et bien plus propre aussi !

- une table avec les fils et éléments déplaçables que les enfants adorent
- au sol du coin regroupement, les gros légos duplo pour les bébés
- une table recouverte de papier avec les gros crayons-pastels stabilo
- le coin dinette avec un tout petit nombre d'éléments : la vaisselle, une poupée robuste et les meubles

Quand tout le monde est arrivé, seuls deux pleurent vraiment fort. Comme la plupart comprennent très bien, je leur parle de façon à ce qu'ils comprennent bien la situation, en vrais humains même s'ils sont petits, sans aucun mensonge, j'y veille particulièrement. En gros : ils ont parfaitement le droit de pleurer parce qu'ils sont tristes que leurs parents soient partis, je le comprends très bien, mais crier ça ne sert à rien, c'est très fatigant, ça fait mal à la tête et ça fait peur à tout le monde ; je suis prête à les consoler, les tenir par la main, leur fournir les mouchoirs et rafraîchir avec des lingettes, mais il faut vraiment arrêter de hurler à se faire vomir ; non, leurs parents ne vont pas revenir tout de suite, d'ailleurs il n'y en a aucun dans l'école, mais ils vont revenir dans pas trop longtemps, ils reviendront les chercher pour le repas de midi. Je peux dire que la plupart arrête très vite en confiance, et c'est amusant comment la catégorie moi-je persiste en nous regardant du coin de l'œil pour voir si on les regarde, puis s'arrête aussi puisque personne ne s'intéresse à leur représentation. Le plus dur, c'est pour les enfants qui ne comprennent pas le français, et qui sont désemparés, on n'arrive pas facilement à les calmer parce qu'on ne peut pas leur expliquer ce qui leur arrive, seule la patience et la mise en confiance progressive y arrive...
... et puis aussi ce qui aide, c'est fabriquer quelque chose d'un peu magique ! Cette année, j'ai de nouveau choisi de faire une grenouille pour le porte-manteau, comme l'année dernière. Mais cette année, nous allons la découper ensemble avec la presse magique.
Mon cobaye est le premier inconsolable : "allez, viens-voir la petite grenouille que nous allons fabriquer ensemble pour toi !"
Et c'est parti ! Chaque enfant me regarde positionner la feuille et lui-même fait tourner la manivelle. Nous avons rapidement un petit attroupement ...

Une fois découpée, l'enfant veut la prendre, mais ce n'est pas possible ! Il va falloir la peindre ! Et la peindre, aujourd'hui, on n'a pas le temps ! Donc il faudra revenir ... Eh bien, croyez-moi ou pas, l'argument se vend très bien, et la plupart des enfants veulent revenir ! C'est toujours ça de gagné !